< body class="single single-post postid-98 single-format-standard">

Aux champs de Guy Maupassant : Résumé, Exercice et correction

Aux champs :

 1. Résumé du texte 

Au pied d’une colline, vivaient côte deux familles de paysans qui travaillaient dur leurs terres pour subvenir à peine aux besoins de leurs petits. il s’agit des tuvache ayant un garçon. Leur vie était péniblement modeste.

Par un après-midi d’août. Une jeune femme passait prés des demeures des deux familles et admira les enfants qui jouaient ensemble ;  elle descendit pour les embrasser. Elle le refaisait plusieurs fois en leur donnant des friandises et des sous.

Vint alors le jours où la dame et son époux D’Hubières entrèrent cette fois-ci chez les tuvache leur demandant leur unique enfant en adoption et leur expliquant qu’il leur sera attribué une pension en retour, en plus du statut dont jouirait Charlot leur fils. La réponse leur fut formellement négative.

Ne perdant pas l’espoir, le couple infécond entra chez les Vallin et tenta sa dernière chance avec plus de rigueur en argumentation. Finalement les Vallin parurent plus compréhensifs et donnèrent le petit Jean contre une pension et en passant par le notaire. Leur vie devint meilleure grâce à cela.

Avec une élégance frappante, un jour, le jeune garçon des Vallin est revenu voir ses parents, accompagné de Mme D’Hubières.

La famille fêta l’évènement de son retour, alors qu’une querelle acharnée est déclenchée entre les Tuvache et leur fils Charlot qui, leur reprochant de lui avoir fait rater une occasion pareille, quitta la demeure de ses parents.

 Exercices :

aux Champs , Maupassant

Les deux chaumières étaient côte à côte, au pied d’une colline, proches d’une petite ville de bains. Les deux paysans besognaient dur sur la terre inféconde pour élever tous leurs petits. Chaque ménage en avait quatre. Devant les deux portes voisines, toute la marmaille grouillait du matin au soir. Les deux aînés avaient six ans et les deux cadets quinze mois environ ; les mariages et, ensuite les naissances, s’étaient produites à peu près simultanément dans l’une et l’autre maison.
Les deux mères distinguaient à peine leurs produits dans le tas ; et les deux pères confondaient tout à fait. Les huit noms dansaient dans leur tête, se mêlaient sans cesse ; et, quand il fallait en appeler un, les hommes souvent en criaient trois avant d’arriver au véritable.
La première des deux demeures, en venant de la station d’eaux de Rolleport, était occupée par les Tuvache, qui avaient trois filles et un garçon ; l’autre masure abritait les Vallin, qui avaient une fille et trois garçons.

Tout cela vivait péniblement de soupe, de pomme de terre et de grand air. A sept heures, le matin, puis à midi, puis à six heures, le soir, les ménagères réunissaient leurs mioches pour donner la pâtée, comme des gardeurs d’oies assemblent leurs bêtes. Les enfants étaient assis, par rang d’âge, devant la table en bois, vernie par cinquante ans d’usage. Le dernier moutard avait à peine la bouche au niveau de la planche. On posait devant eux l’assiette creuse pleine de pain molli dans l’eau où avaient cuit les pommes de terre, un demi-chou et trois oignons ; et toute la lignée mangeait jusqu’à plus faim. La mère empâtait elle-même le petit. Un peu de viande au pot-au-feu, le dimanche, était une fête pour tous, et le père, ce jour-là, s’attardait au repas en répétant : « Je m’y ferais bien tous les jours. »

 

Questions de compréhension:

1-Quel est le type de ce texte? Pourquoi?
2-Qui parle dans ce texte ?
3-Quels renseignements nous donne le narrateur sur le lieu et les personnages?
4-A quel(s) temps sont conjugués les verbes?
5-Quelle est l’intention  de l’auteur?

——————————————————-

Réponse:

1- Dans ce début de la nouvelle, Maupassant présente le cadre(lieu, temps, personnages) de son histoire. Il utilise la description. C’est l’état initial ou l ‘équilibre1.

2-Un narrateur inconnu prend en charge le récit.
3-Le texte présente deux familles paysannes très pauvres qui vivent de la même façon ( la misère) ,en confondant leur progéniture. Les personnages sont deux familles : les Tuvache et les Vallin.

4-Le texte est rédigé à l’imparfait, à la 3ème personne.
5-Le texte nous donne à voir un tableau champêtre. Il souligne certains détails « réalistes ». C’est une description dévalorisante: la marmaille,terre inféconde, tout cela, Tuvache, mioches, moutard, masure, leurs produits…

2 comments

  1. maryam dit :

    merciii c’est un bon nouvelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>